{{{“La conserverie de vieux”}}} théâtre

Infos pratiques

  • mercredi 23 juin à 18h et 21h
    à Carbonne (centre culturel du bois de Castres)
  • jeudi 24 juin à 21h
    à Martres Tolosane (salle des fêtes)
  • vendredi 25 juin à 21h
    à Izaut de l’Hôtel (salle des fêtes)
  • samedi 26 juin à 18h et 21h
    à Lieoux (salle des fêtes)
  • entrée 10€ et 5€
    réservations en ligne ou auprès des offices de tourisme des cantons de Saint Gaudens (05 61 94 77 61) et d’Aspet (05 61 94 86 51)
  • tous publics à partir de 12 ans
  • durée : 1 heure 10

La conserverie de vieux n’est pas un spectacle sur ou pour les vieux, mais plutôt un regard sensible posé sur la vieillesse, sur la place du « vieux » dans la société d’aujourd’hui… c’est une confidence, juste et caustique, un savant tricot maillé entre réalité et fiction, une plongée décapante… à la rencontre du 3ème âge !

« Vieux »… voici un de ces mots que le « politiquement correct » ambiant interdit d’utiliser. On lui préfère « personnes âgées » ou « séniors ». Il paraît que c’est mieux... ?!
Mais au fait, être vieux, qu’est-ce que ça veut dire ? Que fait-on de nos vieux, aujourd’hui ? Et que font-ils d’eux mêmes ? Ces questions, sous forme d’interpellations, sont formulées sans rougir, par deux « jeunes » : Alice (Fahrenkrug) et Cécile (Delhommeau).
Regards effrontés, rire en coin et mots acerbes, elles mettent les vieux en boîte, sans complaisance et avec plein d’humour… et elles peuvent se le permettre, car elles les connaissent bien les vieux.

Pour écrire ce spectacle, elles ont rencontré et observé le personnel soignant, ont écouté et collecté les tranches de (fin de) vie de ceux qui sont à l’intérieur des maisons de retraite. Elles y ont d’ailleurs passé beaucoup de temps, dans ces maisons où l’on conserve les vieux avant que la mort ne les consomme. Car oui, parler des vieux, c’est parler un peu de la mort et donc beaucoup de la vie...
Alors n’hésitez plus, embarquez avec Cécile et Alice au pays des vermeils !

Mais au fait, qui sont-ils ?


Issues du milieu du théâtre et du conte, Cécile Delhommeau et Alice Fahrenkrug se sont rencontrées au sein du collectif Passeurs de contes, collectif de professionnels du spectacle réunis autour d’un terreau commun : les arts de la parole (et donc de la transmission). Ces deux jeunes femmes talentueuses de tout juste 25 ans développent, ensemble, un travail d’écriture qui pose un regard décalé et sensible sur les lieux, les gens, les situations et les rencontres.

Parallèlement, Alice poursuit son travail de comédienne avec la compagnie bordelaise Opéra Pagaï et est l’une des interprètes du spectacle de slam du Théâtre des Tafurs. Cécile, quant à elle, travaille avec Olivier Villanove sur les Petits Univers Portatifs (P.U.P) et est comédienne pour l’Atelier du caméléon à Poitiers. Pour La conserverie de vieux, elles ont su rassembler les regards complices et bienveillants de conteurs reconnus comme Pépito Matéo, Nicolas Bonneau, Olivier Letellier et Christophe Châtelain.

« Alice et Cécile n’y vont pas de main morte - “Ça pue les vieux, ça pue l’expérience” -, mais les deux rebelles gagneront en tolérance, en tendresse au contact des anciens dont elles s’occupent dans La conserverie de vieux. Cette rédemption, certes archi-prévisible, cousue de fil blanc, n’a rien de caricaturale. Le spectacle de Fahrenkrug et Delhommeau ne chausse pas les gros sabots du mélo. […] Après une heure à vivre au milieu de ces anciens qu’on ne voit jamais, toute trace de méchanceté a curieusement disparu... » Ouest France - 29 avril 2009

 

© pronomades 2016