{{{"Jacques et Mylène"}}} théâtre

Infos pratiques

  • jeudi 18 novembre à 21h
    à Ore (salle des fêtes)
  • vendredi 19 novembre à 21h
    à Carbonne (centre culturel du Bois de Castres)
  • entrée 10€ et 5€
    réservations en ligne ou auprès des offices de tourisme des cantons de Saint Gaudens (05 61 94 77 61), d’Aspet (05 61 94 86 51) et de la bibliothèque de Carbonne (05 61 87 59 81)
  • tous publics à partir de 14 ans
  • durée : 1 heure 05

“La troupe des 260 couverts”… vous avez remarqué que ça ressemblait un peu aux 26000 du même nom, non… !? Et pour cause ! Philippe Nicolle et Ingrid Strelkoff alias Jacques et Mylène en sont issus, mais comme pour ce spectacle ils ne sont que deux, on leur a enlevé des « zéros »… euh, des couverts.

Bref, “Jacques et Mylène”, c’est une parodie de parodie qui parle d’amour… mais à la mode des 26000 couverts. Et rien que ça, ça devrait suffire à vous donner envie de venir (souvenez-vous, “Le premier championnat de France de n’importe quoi” en 2005 et “Beaucoup de bruit pour rien” en 2007) !

Ce spectacle (inspiré du texte de Gabor Rassov et mis en scène par Benoît Lambert), c’est la caricature des vies de couples (trop bien) ordonnées qui se disloquent, à la manière d’un vaudeville survolté tirant sur la série B ; c’est quand tout se déglingue ! Ainsi, Jacques et Mylène s’aiment avec la même passion qu’ils se détestent. Ils se promettent amour éternel et coups les plus bas… avec menaces suicidaires !

D’après une théorie qui leur est propre, ce genre d’ultimatum peut redonner du souffle au couple… car, derrière les petits travers inoffensifs d’un mode de vie bien conforme, se profile une « monstruosité latente », des pulsions inavouables (viol, meurtre, inceste, voire même zoophilie !)… fantasmes refoulés de ces vies trop bien organisées.

“Jacques et Mylène”, c’est l’amour vache un peu trash, du théâtre de boulevard revisité par un punk… ébouriffé ! “Jacques et Mylène”, c’est l’histoire du couple à qui on ne veut surtout pas ressembler, c’est l’effet catharsis désopoilant !

Mais au fait, qui sont-ils ?


Depuis douze ans, Philippe Nicolle conçoit et met en scène, avec la compagnie des 26000 couverts, des spectacles installés là où on ne les attend pas, pour détourner le regard et décaler le quotidien afin de développer une nouvelle esthétique du réel. Dans cette même veine, il a créé La troupe des 260 couverts afin de porter des projets artistiques plus intimes (car nécessitant moins de comédiens !) et s’est entouré d’une habituée des 26000, Ingrid Strelkoff, comédienne tout terrain.

Benoît Lambert (metteur en scène et fondateur du Théâtre de la Tentative) est artiste associé au Granit - Scène nationale de Belfort et a dernièrement mis en scène " We are l’Europe" de Jean-Charles Massera.
(www.26000couverts.org)

« La folie de cette performance s’ajoute à celle de la pièce, qui est une sorte d’hyper-parodie de vaudeville. Les péripéties se succèdent à un rythme insensé, les portes claquent (surtout celle du placard où se réfugie l’amant, comme le veut la loi du genre) et le sexe le dispute à la violence. » Le Progrès - mars 2010

 

© pronomades 2016