{{{Chemin de la belle étoile}}} par Sébastien Bertrand / récit et musique {{{Histoires d’en rire}}} par Jeanne Ferron / conte

Infos pratiques

  • Sébastien Bertrand
    samedi 18 septembre à 21h
    à Le Fréchet (salle des fêtes)
  • Jeanne Ferron
    samedi 18 septembre à 21h
    à Peyrouzet (salle des fêtes)
  • gratuit
  • tous publics à partir de 10 ans
  • durée : 1 heure

Deux histoires, sensibles et différentes, racontées en même temps et dans deux endroits distincts… et vous n’avez pas le don d’ubiquité ?! Si la frustration est un sentiment qu’il nous semble important d’attiser… le choix sera, nous vous l’accordons, terriblement difficile à faire !

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Jeanne Ferron (accueillie dans son rôle de baronne fantasque dans la "Taverne Münchausen" à Castillon de Saint Martory et à Saux et Pomarède en 2009), il faut savoir que depuis plusieurs années, elle s’adonne avec passion, minutie et acharnement à ce que l’on nomme folie douce ou, plus familièrement, « petit vélo dans le caisson ». Avec toute la rigueur scientifique nécessaire, elle analyse le fameux phénomène du neurone fêlé, sur des figures féminines plus ou moins connues, assez frappées, un brin disjonctées, irrémédiablement brindezingues…

Sébastien Bertrand est musicien, tendance « trad », porte flambeau reconnu de la culture instrumentale vendéenne. Mais ce soir, il vous confie qu’il est né Vincent Bouchara en 1973 au Liban, adopté à l’âge de 9 mois, « arrivé chez ses parents en avion »… et qu’il a attendu 35 ans pour aller à la rencontre de son histoire, de ses origines. Si c’est en solo qu’il exprime l’émotion qui le submerge, c’est accompagné de Yannick Jaulin qu’il a parcouru les rues de Beyrouth. Ensemble, ils ont mis les bons mots sur les beaux sons pour que le musicien se fasse conteur de son voyage au Liban, un accordéon diatonique suspendu à ses bretelles. Quand la musique vendéenne prend des senteurs d’Orient…

Mais au fait, qui sont-ils ?


Jeanne Ferron (http://www.myspace.com/jeanneferron)
Suite à des études de théâtre à Tours avec André Cellier, un doctorat en philosophie et après avoir endossé divers rôles dans différentes pièces, Jeanne Ferron fait son entrée dans le milieu du conte en 1990. Armée de son doux grain de folie, elle traverse toute la France avec ses créations… teintées de sa Beauce natale ! (Les contes de ma mère laie, Du rififi dans les labours…). Depuis 2007, nous pouvons aussi l’apercevoir à la télé ou au cinéma (série Avocats et associés et les films Coluche, l’histoire d’un mec d’Antoine Decaunes, Tout ce qui brille réalisé par Géraldine Nakache et Hervé Mimran…).

« Rien de classique avec cette conteuse beauceronne. Diadème et robe à dentelles, elle semble tout droit sortie d’une légende façon Grimm ou Perrault. Pourtant, on est loin des histoires embellies et pures. » La Dépêche – à propos Du rififi dans les labours

Sébastien Bertrand (http://www.sloi.net/sitewebgeneral/sitewebseb/pagebase.htm)
Spécialisé dans les musiques traditionnelles du marais breton vendéen, il aime créer, par le biais du groupe Sloï notamment (et grâce à son accordéon diatonique !), des ponts avec des musiciens et des artistes issus d’horizons différents. En 2003 et pour développer des projets originaux de création artistique contemporaine, Sébastien crée la Compagnie des Arts d’Hier Pour Aujourd’hui. C’est au sein de cette entité qu’il rencontre Yannick Jaulin, Pennec ou qu’il entreprend la Tournée du Ponant…

« Des morceaux magnifiques, ses compositions. Des lignes rythmées, lumineuses. Comme si soudain, au cœur du "off" d’Avignon, la musique vendéenne prenait des senteurs d’Orient. »
Le Monde – juillet 2009

 

© pronomades 2016