{{{“Aïe”}}} {{Cridacompany}}
cirque-théâtre de corps {{{“Ladrona”}}} {{Jur}}
chansons

Infos pratiques

  • samedi 4 juin à 21h
    à Carbonne (centre socio culturel du bois de Castres)
Cridacompany

10 € et 5 € / à partir de 10 ans / 55 minutes

samedi 4 juin à 21h00
 » Réservation en ligne close

Jur

  • vendredi 3 juin à 18h30
    à Beauchalot (au restaurant "Au Béarnais")
  • dimanche 5 juin à 17h
    à Saint Pé d’Ardet (au Bistrot de Pays de St Pé)
  • gratuit / à partir de 8 ans / 1 heure 15
  • les vendredi 3 et dimanche 5 juin, si vous souhaitez prolonger le moment musical, n’hésitez pas à réserver votre table soit au restaurant « Au Béarnais » au 05 61 98 01 01 soit au Bistrot de St Pé au 05 61 88 19 79.

Cridacompany fait partie de ces jeunes compagnies dont nous aimons suivre le travail... Éblouis par l’univers inventif de “On the edge” (accueilli en 2008 à Gourdan Polignan), nous sommes restés très attentifs à leur parcours artistique… Ainsi, nous vous proposons deux façons d’entrer dans leur monde insolite : en assistant à leur dernière création, “Aïe” et en découvrant Jur en concert.

D’abord, le spectacle : L’espace est quasiment vide, on aperçoit des objets au fond, comme s’ils avaient été entreposés là, en attendant. Rien de spectaculaire et pourtant... Et pourtant, cette compagnie franco-catalane se joue des codes et invente un nouveau langage entre cirque et danse, chant et performance. Ils cherchent la prouesse dans le détail infime, sautent à pieds joints dans le cirque burlesque, puis s’empoignent sérieusement, travaillent leurs corps
comme d’éphémères sculptures, rient, pleurent... le tout avec fragilité, virtuosité et cocasserie.
Si ça jongle, c’est avec les bois d’un cerf, si ça danse, c’est sur des rythmes de sabots de bois, si ça chante, c’est accompagné de grimaces… Décidément, cette grande fille osseuse, en nuisette et bottillons et ses deux hommes ne cesseront pas de nous surprendre...

Ensuite, le concert : On y retrouve avec plaisir les mêmes, Jur Domingo, Julien Vittecoq et Nicolas Arnould. Jur chante en français, espagnol et catalan. Les mélodies sont belles, les chansons libres de forme, enfantines et graves… à la manière de ces « nanas » espagnoles, berceuses susurrées à l’oreille des petits. Elle crie, chuchote, sans fioritures et roule les « r » à la fin de certains mots… on aime, décidément.

Mais au fait, qui sont-ils ?


Jur Domingo et Julien Vittecoq se sont rencontrés durant leur formation au Lido, centre des arts du cirque de Toulouse. Ils accomplissent dans Cridacompany le mélange de leurs origines et de leurs univers : l’une est catalane, a commencé sa vie artistique dans la rue où elle a appris en autodidacte l’accordéon diatonique, le chant et la percussion et s’est ensuite formée dans diverses écoles de cirque espagnoles et françaises ; l’autre est français et a côtoyé le milieu de la danse contemporaine, a étudié la technique de mime (école internationale de mimodrame M. Marceau) pour terminer sa formation dans les arts du cirque. Dans un style dépouillé, ils s’amusent à poser un regard original sur des situations, laissant libre champ aux émotions, des plus riantes aux plus dérangeantes. Avec l’arrivée dans l’équipe de Nicolas Arnould, l’expérimentation musicale s’intègre de plus en plus dans le projet artistique de Cridacompany…

(www.cridacompany.org)

« Têtes en bas, pieds en équerre, corps vissés au sol plus souvent qu’en l’air, les figures sont ici arrachement et déchirure, avant de s’achever souvent dans un ironique pas de côté. Ce trio ne marche pas à l’esbroufe, mais au dixième degré. […] C’est un spectacle hilarant qui emprunte à tous les genres. A la performance, puisque le corps des acrobates est la première matière, plastique et sonore, le centre de tout. Au cirque aussi, façon Marx Brothers pour l’incongruité. En plus laconique. Mais si une étrangeté clownesque et rugueuse colore peu à peu la scène, c’est surtout grâce à elle, Jur. […] Une petite scène pour une seule heure... mais dans un monde sacrément insolite. »
(Télérama - 17 novembre 2010)

 

© pronomades 2016