{{{"Géométrie de caoutchouc"}}} arts visuels pour chapiteaux

Infos pratiques

  • jeudi 27 octobre à 20h30
    à Auch (dans le cadre du Réseau Sud)
    (rendez-vous à 18h45 à Saint Gaudens, place du Pilat pour le départ du bus)
Cie 111

12€ (déplacement en bus inclus... et obligatoire !) / à partir de 10 ans / 1 heure 30

jeudi 27 octobre à 20h30
 » Réservation en ligne close

“Géométrie de caoutchouc”, voilà un titre qui ne peut que piquer votre curiosité... ça tombe bien, nous vous proposons de vous embarquer, en bus, direction Auch, pour découvrir ce spectacle, dernière création d’Aurélien Bory, à l’occasion du festival Circa... le trajet nous laissera peut-être le temps de vous donner la définition scientifique (mathématique même) de ce terme !

Au départ, il y a un lieu provisoire, un espace bien particulier, un lieu très identifié par sa forme, connoté et connu de tous, avec son histoire et ce qu’il véhicule : le chapiteau. Et puis il y a Aurélien Bory et sa capacité à travailler l’espace, à l’explorer à travers le théâtre, la danse et les arts visuels.

« L’idée est de présenter un contenant qui est lui-même contenu, cela en mettant en perspective les notions de vide et de remplissage. Quand on réfléchit à l’espace, la question du vide est toujours très importante. D’ailleurs, je me suis toujours dit que l’art est peut-être cette activité qui vise à créer du vide pour que le spectateur puisse remplir ce vide avec son imaginaire. » Aurélien Bory vous installe à l’intérieur d’un chapiteau carré au centre duquel est disposé le même, en plus petit. De ce chapiteau de taille réduite ne reste que son détournement, sa transformation en sculpture théâtrale, mouvante et esthétique. L’espace se redessine sous vos yeux, les formes s’affaissent, se tirent, se gonflent et les corps des huit acteurs-circassiens se tordent, s’élèvent... nous offrant des images fragiles, inattendues et belles... pour une rêverie poétique qu’il sera difficile de quitter...

Pour nous assurer de votre présence, rien de tel qu’un petit rappel : la Cie 111, c’était “Plan B” accueilli en 2003 à Villeneuve de Rivière et “Questcequetudeviens” en 2008 à Saint Marcet… Alors pour éviter les « busculades », pensez à réserver…

Mais au fait, qui sont-ils ?


Aurélien Bory crée en 1996 son premier solo de jonglage au Lido, centre des arts du cirque de Toulouse et poursuit sa formation avec Mladen Materic (Théâtre Tattoo). En 1999, il fonde la Cie 111 avec Olivier Alenda. Après avoir conçu et réalisé une trilogie sur l’espace ("IJK", "Plan B" et "Plus ou moins l’infini"), créé "Taoub" à Tanger, collaboré avec Pierre Rigal, Martin Zimmermann, Dimitri De Perrot, la danseuse Stéphanie Fuster (…), Aurélien Bory s’intérresse cette fois-ci à l’objet chapiteau...

A travers ces différentes créations/collaborations, la cie 111 s’est choisi comme objectif de développer une recherche spécifique sur le jonglage et l’acrobatie, et au-delà, d’explorer le langage de l’action scénique en cherchant à en extraire son contenu poétique… dans cette démarche, la question de l’espace s’est naturellement imposée.

(www.cie111.com)

 

© pronomades 2016