{{{“Est-ce que le monde sait qu’il me parle ?”}}} théâtre en container

Infos pratiques

  • mardi 10 juillet à 18h, 21h et 22h30
    et mercredi 11 juillet à 18h et 21h
    à Martres Tolosane (place Charles de Gaulle)
  • jeudi 12 et vendredi 13 juillet
    à 18h, 20h et 22h30
    à Arbas (rendez-vous sur la place)
ktha compagnie

10€ et 5€ / à partir de 12 ans / 45 minutes

mardi 10 juillet à 18h00
 » Réservation en ligne close

mardi 10 juillet à 21h00
 » Réservation en ligne close

mardi 10 juillet à 22h30
 » Réservation en ligne close

mercredi 11 juillet à 18h00
 » Réservation en ligne close

mercredi 11 juillet à 21h00
 » Réservation en ligne close

jeudi 12 juillet à 18h00
 » Réservation en ligne close

jeudi 12 juillet à 20h00
 » Réservation en ligne close

jeudi 12 juillet à 22h30
 » Réservation en ligne close

vendredi 13 juillet à 18h00
 » Réservation en ligne close

vendredi 13 juillet à 20h00
 » Réservation en ligne close

vendredi 13 juillet à 22h30
 » Réservation en ligne close

A Martres Tolosane ou Arbas, assis dans un container étroit au milieu d’une petite trentaine de personnes, vous vous retrouverez face à deux comédiens, un homme et une femme en combinaison bleu clair. Ils récitent un inventaire étonnant de force (et d’humour), aux consonances terriblement familières…

« Nous, c’est le goût », « … and the winner is », « pour votre santé, mangez cinq fruits et légumes par jour », « vous pouvez payer en trois ou quatre fois sans frais », « votre attention s’il vous plaît », « vous ne viendrez plus chez nous par hasard »… Est-ce que vous avez remarqué que le monde vous parle ? Il utilise de manière désincarnée le « tu », le « vous », le « nous », le ton d’un proche ou d’un inconnu…
Le monde est bavard, bavard de tous ces messages « personnalisés » dont nous sommes en permanence bombardés via la publicité, les panneaux de consignes de sécurité, les systèmes informatiques, les formulaires administratifs… Tous ces messages que vous entendez ou lisez à longueur de journée vont, sortis de leur contexte, vous sembler moins anodins et vous apparaitre dans toute leur cruauté, leur crudité : politesse alambiquée, sous-entendus anxiogènes… D’amusants ou cocasses, ces « slogans » vont passer de troublants à irritants… jusqu’à la nausée.

Car ce spectacle audacieux nous attrape là où nous nous pensons résistants, conscients et forts, il nous montre à quel point nous sommes au contraire perméables aux flux d’informations, influençables face aux messages (subliminaux ?) entendus dans notre environnement quotidien. Le monde n’est pas près de se taire… et vous ?

A Arbas, Pronomade(s) s’associe à la troisième édition du Festival des Voisins en installant le container de ktha compagnie pendant deux jours ! Le Festival aura lieu du jeudi 12 au dimanche 15 juillet... n’hésitez pas à aller sur leur site internet pour organiser votre programme !

Mais au fait, qui sont-ils ?


Depuis 2003, ktha compagnie aime travailler des textes qui ne sont à priori pas écrits pour le théâtre : des poèmes, des récits, des séries télévisées, des slogans publicitaires, des discours… des textes qui parlent toujours d’aujourd’hui, de la société dans laquelle nous vivons. Dans des salles de spectacles, mais souvent sur des stades, parkings, terrains vagues, toits d’immeubles ou containers, la compagnie propose son regard impliqué, militant et curieux sur le monde qui nous entoure… “Est-ce que le monde sait qu’il me parle ?” est sa cinquième production et son premier projet à l’international.

(www.ktha.org)

Les comédiens Laetitia Lafforgue et Guillaume Lucas rappellent à quel point le monde autour de nous, autour de ce container échoué en pleine ville, est bavard, et combien est absurde la litanie d’injonctions qu’il déverse sur chacun.
(Libération - Edouard Launet - 04 décembre 2010)

Une visite dans l’insupportable anodin de la com. […] Le spectacle est sobre, retenu, parfois hypnotique mais nous laissant toujours l’intelligence à vif. […] Du théâtre nécessaire. Ça fait du bien.
(Le carnet de Simon - 18 mars 2010)

C’est rare, vraiment, les spectacles comme celui-ci, précis, simples, tenus, qui réussissent à nous dire des choses pertinentes droit dans les yeux, avec l’air de ne pas y toucher, sans nous trahir, jamais, et en avouant surtout qu’ils sont pareils que nous.
(Mathias Clayes - Théatrorama - 19 novembre 2010)

 

© pronomades 2016