{{{“Cooperatzia, une balade”}}} balade dansée

Infos pratiques

  • samedi 15 septembre à 21h
    à Bagiry (rendez-vous devant le cimetière)
  • gratuit
  • à partir de 7 ans
  • 1 heure 30

Pour cette proposition, il faut savoir pouvoir marcher sur des chemins caillouteux, la nuit.

Spectacle accueilli avec l’aide du réseau En rue libre

Mettez vos chaussures de marche et prenez votre lampe de poche, nous partons en balade à travers les champs, à la découverte d’une curieuse société peuplée d’hommes-tuiles et d’hommes-sacs…

Remarquez d’abord ces racines d’arbres prolongées de tuiles canal, ces paysages redessinés de centaines de terres cuites… Suivez ensuite les mouvements de ces cinq êtres étranges en costumes sombres et plongez dans un monde surréaliste et enchanteur. Car ce soir, dans la pénombre de Bagiry, va se jouer une singulière rencontre entre deux peuplades : les « méta-tuile », travailleurs et rigoureux et les « méton-sac », plus libres et insouciants vont s’affronter et montrer, parfois, l’absurdité du vivre ensemble…

« On ne sait dans quel asile ou sur quel champ de bataille ces hommes-là ont établi leur bivouac… Mais avec sa scénographie absurde et soignée, le collectif G. Bistaki, « cirque d’investigation », éveille des images des Balkans et d’Europe centrale, où se croiseraient les figures de Beckett, de Gogol et de Josef Nadj. » (Télérama, juin 2012)

Ici se mêlent cirque, théâtre, danse et installation plastique, comme une évidence. La manipulation de ces objets (aussi ordinaires qu’un sac à main ou qu’une tuile canal) modifiera votre relation à l’espace, au mouvement, à la lumière dans cette douce balade de fin d’été.

Mais au fait, qui sont-ils ?


Le G.Bistaki est un collectif de « cirque chorégraphique d’investigation » porté par cinq jongleurs/danseurs dont le travail s’axe principalement autour de l’exploration (à l’extrême !) de l’objet, dans son rapport au corps, à la matière et à l’espace. C’est de manière collective que François Juliot (danseur, manipulateur d’objets, comédien), Jive Faury (manipulateur d’objet, danseur), Sylvain Cousin (manipulateur d’objets, danseur), Nicanor de Elia (danseur, manipulateur d’objets) et Florent Bergal (acrobate, danseur, manipulateur d’objets) imaginent et créent leurs spectacles, comme des « sociétés atemporelles où coexistent objets du futur et outils rudimentaires ancestraux permettant une lecture vierge et critique de notre société. »

(www.bistaki.com)

Habiles manipulateurs, les G. Bistaki confèrent à ces objets lourds et rigides une légèreté apparente et des symboliques très variées. Ils révèlent avec un immense talent la face absurde du vivre-ensemble. Un travail de virtuoses, fruit d’une recherche singulière sur l’objet.
Stradda (octobre 2011)

Avec sa dernière création, le G. Bistaki réussit le double pari d’une proposition plasticienne puissante et d’une écriture chorégraphique au charme délié.
La Montagne (août 2011)

 

© pronomades 2016