{{{"Rue de la chute"}}} théâtre de place

Infos pratiques

  • jeudi 6, vendredi 7 et samedi 8 septembre
    à 18h
    à Saint Gaudens (place du Pilat)
  • gratuit
  • tous publics à partir de 10 ans
  • 2 heures

Ce spectacle est accueilli en coréalisation entre Pronomade(s) en Haute-Garonne et le Théâtre municipal de Saint Gaudens, avec le soutien de la Ville de Saint Gaudens.

Le début de cette seconde partie de saison sera… royal ! Le premier week-end de septembre, la plus célèbre compagnie de théâtre de rue va investir Saint Gaudens et apporter une touche « western » à la place du Pilat !

Tout le monde a déjà entendu parler du Royal de Luxe, vu des images de leurs impressionnantes parades de géants, de leurs contes urbains ou s’est installé dans ses gradins pleins à craquer ; vous êtes même nombreux à déjà avoir appréciés ses spectacles dans le Comminges (les “ Petits contes nègres ” en 2000 et “ Soldes ! deux spectacles pour le prix d’un ” en 2004). Voilà la folle équipée de retour dans le Sud-Ouest pour présenter sa dernière création.

Comme dans tout western, il y aura un juge, un marshal, un jeune commis et un septième assassinat « sans tueur ni coup de feu »… Et comme dans tout spectacle du Royal, il y aura une importante équipe de comédiens / techniciens / musiciens (ils seront une vingtaine sur scène !), une ambiance survoltée et des éléments de décor surdimensionnés ! Ici, avec sa « brocante de l’imaginaire, la compagnie ressuscite sa capacité à savoir tout inventer » (Libération, 19 juin 2012) et nous retrouvons un Jean-Luc Courcoult interpellant Sergio Leone et Ennio Morricone.

Si vous connaissez cette compagnie, vous savez qu’il faudra prendre de l’avance pour trouver votre place dans le gradin. Ainsi installé, il ne vous restera plus qu’à apprécier l’énergie communicative du Royal de Luxe, pour un « spectacle de place » un peu barré… et complètement à l’Ouest !

Mais au fait, qui sont-ils ?


Fondée en 1979 par Jean-Luc Courcoult, la compagnie - basée à Nantes depuis 1990 - fait office de référence dans le secteur du théâtre de rue, aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. Le Royal de Luxe travaille sur deux axes : les gigantesques parades urbaines de géants et les « spectacles de places », présentés à un public assis dans des gradins... Les deux formes attirant toujours un nombre impressionnant de personnes ! Pour rappel, quelques spectacles qui ont fait date : “Roman photo” (1981), “La Véritable histoire de France” (1990), “Cargo 92” (1992), “Le Géant” (1994) avec lequel naît une nouvelle forme de théâtre, celui qui parle à une ville entière, “Le Péplum” (1995), “Les Petits contes nègres” (2000), “Soldes ! deux spectacles pour le prix d’un” (2003)...

www.royal-de-luxe.com

« Quatre ans après les Cauchemars de Toni Travolta, Rue de la chute prolonge la même veine, volontiers outrancière, gavée d’éléments à la fois burlesques et poétiques, loufoques et scabreux, gores et chimériques. « Trace d’un rêve ou d’un cauchemar, nourri des légendes du cinéma qui ont hanté nos rêves d’enfant », “Rue de la chute” explore, cette fois, la mythologie du western. Sachant qu’au panthéon de Jean-Luc Courcoult, ici auteur et metteur en scène, Sergio Leone occupe un rang plus élevé que John Ford, Henry Hathaway ou Anthony Mann et, qu’en conséquence, Ennio Morricone sert de fil rouge sonore à l’équipée, entre telles reprises de Julien Clerc (la Californie) et Dalida (Gigi l’amoroso en anglais). »
(Libération, 19 juin 2012)

 

© pronomades 2016