{{{"Cru"}}} cirque

Infos pratiques

  • jeudi 14 et vendredi 15 novembre à 21h
    à Estadens (chapiteau implanté au Cap d’Arbon)
Fet a mà

10€ et 5€ / à partir de 10 ans / 50 minutes

jeudi 14 novembre à 21h00
 » Réservation en ligne close

vendredi 15 novembre à 21h00
 » Réservation en ligne close

Vendredi 15 novembre : COMPLET

Un plateau nu, blanc cru, quelques projecteurs, deux chaises et un couple qui se porte, à corps perdus… Nul autre besoin pour ce cirque sans artifice, porté par deux jeunes et talentueux artistes catalans issus du Lido (centre des arts du cirque de Toulouse) : Marta Torrents et Pau Portabella.

Lui, puissant et physique, la porte elle, de toutes les façons, à bout de bras, sur la tête, le dos, le cou. Elle, le regard bleu dur et les jambes droites, prête son corps à ces « portés dramatiques », véritables performances physiques. Leurs corps tout entiers se cherchent, se trouvent, s’enlacent, se courent après, se frappent, s’abandonnent, se balancent… Chacun de leur mouvement est poussé à l’extrême, dans des élans vifs et précis, jusqu’au trop plein, ce moment où le fil pourrait se briser. Mais il ne se rompt pas, nous laissant tout ébahi par l’exploit accompli. Il y a aussi de la douceur et de la poésie dans ce spectacle, comme dans cette scène où Marta devient poupée (gothique) de boîte à musique, portée d’un seul bras par Pau. Et de la folie crue, celle d’un couple qui s’aime et se déchire, celle de cheveux lâchés, de sourires grimaçants et de corps complètement tendus, tordus… jusqu’au fou rire nerveux.

Ce spectacle a bénéficié du regard attentif de Blai Mateu Trias, codirecteur artistique de Baro d’evel (compagnie complice de Pronomade(s) dont nous avons accueilli toutes les créations)… et sera d’ailleurs abrité sous le beau chapiteau rouge de la compagnie !

Mais au fait, qui sont-ils ?


La compagnie (catalane) a été créée en 2008 par Pau Portabella et Marta Torrents, à l’issue de leur formation professionnelle au Lido, centre des arts du cirque de Toulouse. « Notre travail se base sur une écriture corporelle qui prend sa source dans le théâtre, la danse et les portés acrobatiques. Nous désirons que la technique circassienne se mette au service de ce langage, un langage corporel et théâtral, qui exprime dans des limites concrètes des situations qui sont à première vue des abstractions. » (Fet a mà)

(www.acolytes.asso.fr)

« Magique, Marta Torrents se fait maîtresse femme, poupée de silicone, d’une rigidité bluffante, transportée telle une planche sous les bras de Pau ou encore poupée de chiffons, manipulable, molle à s’écraser et aux bras remplis de paille. Sauts, tours et portés sont impressionnants. Le résultat ? Une boule d’émotion qui vous saisit, comme ça devant ces corps, qui en parfaite symbiose avec leur âme, nous racontent une histoire. » (La Dépêche du midi - 7 juin 2013)

 

© pronomades 2016