{{{May B}}} danse

Infos pratiques

  • samedi 24 mai à 21h30
    à Encausse les Thermes (devant les Thermes, en extérieur)
  • gratuit
  • à partir de 15 ans
  • 1 heure 30

En juin 2011, vous étiez (très) nombreux à vous rassembler devant les Thermes pour fêter avec nous le bâtiment transformé en lieu de création. Presque trois ans après, nous réinvestissons la place (des Thermes) pour un événement non moins exceptionnel : la reprise de “May B”, pièce d’anthologie – et le mot choisi n’est pas exagéré ! – de Maguy Marin.

Créée en 1981, “May B” est une pièce chorégraphique incontournable, de celles qui traversent le temps sans peine, sans ride… et avec une force et une puissance intactes. Ils sont dix sur scène, dix danseurs vêtus de blanc sali, enduits d’argile blanche, cheveux enfarinés et regards crayeux. Ils avancent en rangs serrés, grognant, soufflant, éructant. Au rythme de pas frottés, le groupe suit la cadence, formant une masse indémêlable pourtant constituée d’individualités fortes (les personnages sont presque théâtraux). Où vont-ils avec leurs allures cabossées ? De quelle étrange rêverie sortent-ils ? De quoi sont-ils les rescapés ?
Inspirée par l’oeuvre théâtrale de Samuel Beckett, cette pièce parle d’humanité, d’un temps sans époque où le réel est grave, un peu absurde. Dans sa solitude même, l’être humain n’est-il que le simple maillon d’un collectif qui pourrait tout aussi bien se passer de lui… ? À (re)voir absolument : vous serez touchés… un peu bousculés, maybe, peut-être.

Mais au fait, qui sont-ils ?


Danseuse et chorégraphe française, Maguy Marin est née à Toulouse. Après des études de danse classique au conservatoire de Toulouse puis à celui de Paris, elle intègre le ballet de Strasbourg, puis l’école de Mudra à Bruxelles. Elle intègre le groupe Chandra puis le ballet du XXème siècle de Maurice Béjart. De 1980 à 1990, portée par la confiance de l’équipe de la Maison des arts de Créteil, la recherche se poursuit avec Christiane Glik, Luna Bloomfield, Mychel Lecoq et la complicité de Montserrat Casanova. En 1987, la rencontre avec Denis Mariotte amorce une collaboration décisive qui ouvre le champ des expériences. Après de
nombreuses pièces nées de cette réflexion, ce dialogue prendra, en 2004, la forme d’un duo intitulé "Ça quand même". En 1998, Maguy Marin s’implante au Centre chorégraphique national à Rillieux-la-Pape, dans le quartier de la Velette. « Un lieu à habiter et à co-habiter, un laboratoire citoyen qu’est l’art de la scène destiné aux regards de la cité pour qu’ait lieu le geste d’une poétique publique. Faire que se fabrique et s’exprime par l’adresse publique, de lieux en lieux, de villes en villes,
de pays en pays, la part d’existence que l’art nous renvoie. Et par-delà ces multiples endroits, partager les moyens, les outils, les expériences et les actions. Croiser les champs artistiques, créer, soutenir des recherches, ancrer des actes artistiques
dans divers espaces de vie sociale, des écoles aux théâtres, des centres d’art aux centres sociaux, des espaces publics aux habitations ouvertes, des lieux de recherches aux maisons de quartier en faisant vivre le geste artistique comme puissance poétique du faire et du refaire les mondes. L’ année 2011 sera celle d’une remise en chantier des modalités dans lesquelles s’effectuent la réflexion et le travail de la compagnie. Après l’intensité de ces années passées au CCN de Rillieux-la-Pape, s’ouvre la nécessité d’une nouvelle étape à partir d’un ancrage dans la ville de Toulouse, dont l’accueil permettra de continuer à ouvrir l’espace immatériel d’un commun qui cherche obstinément à s’exercer. » (Compagnie Maguy Marin)

www.compagnie-maguy-marin.fr

Distribution : Ulises Alvarez, Romain Bertet, Kaïs Chouibi, Estelle Clément Bealem, Laura Frigato, Daphné Koutsafti, Ennio Sammarco, Véronique Teindas, Jeanne Vallauri, Adolfo Vargas

 

© pronomades 2016